Overblog Suivre ce blog
Editer la page Administration Créer mon blog
/ / /

 

RENTREE 2014

CPH-Metz-2014.JPG

Selon les règles de l'alternance, Alain MONPEURT, président sortant de la section "ENCADREMENT" du Conseil de Prud'hommes de METZ, a cédé sa place à un président "employeur", et a été élu, vice-président de la section "ENCADREMENT" le 13 janvier 2014.  

En savoir plus : article "Le Républicain Lorrain" du 20 janvier 2014

  Les Prud'hommes, comment ça marche ?

 

RENTREE 2013

Prud_2013.jpg 

Alain_MONPEURT.JPGSelon les règles de l'alternance, Alain MONPEURT, vice-président sortant de la section "ENCADREMENT" du Conseil de Prud'hommes de METZ, a cédé sa place à un vice-président "employeur", et a été élu, président de la section "ENCADREMENT" le 15 janvier 2013.

"Entre la baisse des saisines et l’augmentation du stock d’affaires restant à juger, « la prise de parole n’est pas aisée », comme le précise d’emblée Pierre-Yves Couilleau, le procureur de la République de Metz.

Hier, lors de l’audience de rentrée solennelle du conseil des prud’hommes de Metz, Jean-Claude Tosi, nouveau président de l'ensemble des cinq sections du Conseil, a succédé à Didier Clausse.

« En 2012, les saisines ont baissé de 3 %, contre 8,82 % en 2011. L’augmentation du nombre de ruptures conventionnelles, à savoir 4 000 sur le département , explique ce chiffre », estime Pierre-Yves Couilleau. En guise de seconde explication, le procureur avance celle de la taxe de 35 €, qui s’applique à toute personne saisissant la justice depuis octobre 2011.

« La baisse des saisines aurait dû entraîner une réduction du stock d’affaires restant à juger, poursuit Pierre-Yves Couilleau. Et pourtant, le stock est en hausse de 20 %. » Quant au nombre des affaires terminées, il est passé de 24 % à 20 % par rapport à l’exercice précédent. Les nombre des affaires en départage est en légère augmentation avec 55 décisions rendues.

Président sortant de ce qu’il nomme le « Palais Cambout », Didier Clausse fustige la rupture conventionnelle qui « perdure et s’amplifie ». « Les salariés n’ont plus à payer pour se faire licencier comme des malpropres , estime ce militant de la CGT. Dans trois cas sur quatre, cette rupture conventionnelle est imposée au salarié. Elle représente aujourd’hui 12 % des ruptures de CDI, soit le double des licenciements économiques. Faute de moyens, aucun contrôle n’est sérieusement effectué. » Et de conclure en s’attaquant à l’accord sur la sécurisation de l’emploi : « Par cet accord, vous banalisez la précarité, la flexibilité, la mobilité, rayant de la carte les spécificités du licenciement économique. »

Le nouveau président, Jean-Claude Tosi, annonce l’arrivée de Frédéric Chenais, nouveau juge départiteur, en remplacement de Claire Dussaud. « Le conseil des prud’hommes est une juridiction à part entière avec toutes les prérogatives qui s’y rattachent, rappelle le nouveau président, Jean-Claude Tosi. Ce n’est pas un champ clos où s’affrontent des idéologies. » À bon entendeur…"

Source : Delphine DEMATTE, "Le Républicain Lorrain", édition du 16 janvier 2013.

 

 

 

RENTREE 2012  

CPH-2012-M


Selon les règles de l'alternance, Alain MONPEURT, président sortant de la section "ENCADREMENT" du Conseil de Prud'hommes de METZ, a cédé sa place à un président "employeur", et a été élu, à l'unanimité, vice-président de la section "ENCADREMENT" le 10 janvier 2012.

DC-JCT.jpg"Le nouveau président du conseil des prud’hommes de Metz, Didier CLAUSSE, et Jean-Claude TOSI, le président sortant, ont pointé hier les difficultés que peuvent connaître les justiciables pour faire valoir leurs droits.

Le constat aurait pu être réjouissant. Lors de l’audience de rentrée solennelle du conseil des prud’hommes de Metz, Jean-Claude Tosi, président sortant, pointe une baisse de l’activité sur 2011, par rapport à l’année précédente.
« L’origine pourrait être partiellement imputable aux nouvelles dispositions concernant la rupture conventionnelle du contrat de travail, avance-t-il. On peut imaginer que salariés et employeurs trouvent ainsi un accord, sans qu’advienne un conflit nécessitant notre intervention. »
Hélas, Pierre-Yves Couilleau, procureur de la République, analyse les choses autrement : « Effectivement, le nombre de saisines a baissé : – 8,82 %. Mais, en période de crise, on est face à un assèchement du marché du travail. Or, quand il y a moins de travail, il y a moins de conflits. Et sans doute accepte-t-on davantage des situations difficiles. Ce n’est pas forcément synonyme de bonne nouvelle. »
D’autant que, si le nombre de dossiers baisse globalement, contexte de crise oblige, deux types de contentieux sont en augmentation. Selon Didier Clausse, le nouveau président du conseil des prud’hommes (collège salariés), il s’agit de conflits survenus lors de licenciements économiques, dans des sociétés en liquidation. Par ailleurs, le nombre d‘affaires de harcèlement moral se multiplie. « Il y a trois ou quatre ans, un dossier sur 50 y faisait référence ; aujourd’hui, il y en a un sur dix. Sans doute est-ce lié à une prise de conscience de la part des employés : ils savent aujourd’hui qu’ils peuvent contester de tels agissements. C’est aussi un fait que j’ai pu constater : mettre la pression est devenu un mode de management assez répandu. »
Pour ce militant de la CGT, aujourd’hui plus qu’hier encore, le citoyen a besoin du conseil des prud’hommes pour se défendre.
Difficile parcours jusqu’aux Prud’hommes : Pourtant, il est quelquefois difficile d’arriver devant cette juridiction. « Un droit de 35 € s’applique à toute personne qui saisit la justice depuis octobre 2011, peste Didier Clausse. C’est honteux quand on sait que certains salariés viennent nous voir parce qu’ils ne touchent plus leur salaire depuis des mois. Alors qu’ils vivent dans la précarité, ils sont taxés pour faire appliquer leurs droits ! »
Obstacle supplémentaire : suite à la réforme de la carte judiciaire, le nombre de conseils des prud’hommes est passé de cinq à trois. « Les justiciables de Sarreguemines, où le conseil a été supprimé, se sont rattachés à Forbach. Mais les justiciables sarrebourgeois, où le conseil a également été rayé de la carte, ont été renvoyés vers Metz. Imaginez les frais de transports entre Sarrebourg et Metz ! », souligne Jean-Claude Tosi. Une demande a été adressée aux chefs de cours pour qu’une audience foraine se délocalise une fois par mois à Sarrebourg. C’est chose faite depuis le 27 janvier 2011. « L’opération est un succès, se félicite le président sortant. Ainsi, 64 affaires de conciliation et 24 référés ont été traités sur place, contre 45 conciliations et 24 référés en 2010, quand les affaires étaient traitées directement à Metz. »"

 

Source : "Le Républicain Lorrain" Marie KOENIG. Publié le 13/01/2012

 

--------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------

 

RENTREE 2011

Prud'hommes 2011-1

 

DCSur le principe de l’alternance, Didier CLAUSSE a cédé sa place de président du conseil des prud’hommes à Jean-Claude TOSI, vice-président en 2010. L’audience solennelle de rentrée présage une année chargée.

JCTPour la deuxième fois, Jean-Claude TOSI (collège employeurs) prend la présidence du conseil des prud’hommes de Metz et Sarrebourg, cédant la vice-présidence à Didier CLAUSSE (collège salariés).


AMPour la deuxième fois, Alain MONPEURT (collège salariés) prend la présidence de la section "encadrement" du conseil des prud’hommes de Metz, cédant la vice-présidence à son collègue du collège employeurs.

 


C’est le principe de l’alternance prud’homale désormais rodée. Hier, devant un parterre d’invités – représentants des professions judiciaires, actuels et ex-conseillers prud’homaux –, la présidence a officiellement été installée lors de l’audience solennelle de rentrée.

 

Prud'hommes 2011-2

  Ultimes réquisitions, hier, pour le procureur de la République, Rémy Heitz, qui quitte aujourd’hui ses fonctions pour prendre la présidence du Tribunal de grande instance de Bobigny. Photo Karim SIARI.


Les discours

Pour son dernier réquisitoire avant de rejoindre la présidence du Tribunal de grande instance de Bobigny, Rémy Heitz, procureur de la République de Metz, a souligné «  le grand sens des responsabilités » des président et vice-président avant de dresser un bilan 2010 (lire ci-dessous).

Pour sa part, le président sortant, Didier Clausse, s’est une nouvelle fois illustré dans un discours engagé. Voulant éviter les références politiques ou les citations, il est quand même parvenu à évoquer Lénine. Concernant les réformes, il a dévoilé le nouvel épisode d’un feuilleton entamé en 2010. Il y a un an, Didier Clausse contait l’histoire «  d’un ami sorti du coma » après plusieurs années de réformes. Déçu, semble-t-il, cet «  ami » a décidé «  de se mettre en hibernation jusqu’en 2012 ». Il fallait avoir suivi l’épisode précédent pour comprendre…

De son côté, le président Jean-Claude Tosi a annoncé la future création d’une association de conseillers «  pour renforcer le lien entre employeurs et salariés. Elle permettra de pallier les aléas matériels avec, par exemple, la création d’un fond commun de documentation et d’une bibliothèque ». Comme l’an dernier, le président a déploré l’absence de représentant de la municipalité avec qui il mène désormais un combat pour une dizaine de places de parking pour les conseillers les plus éloignés de Metz. Le refus a été catégorique, a regretté Jean-Claude Tosi. Depuis notre rencontre avec le maire, des mesures ont été prises pour les résidents, nous allons essayer d’en faire partie. »

 

Les chiffres

Le nombre de contentieux clos en 2010 s’élève à 2 121, contre 1 932 en 2009, 1 884 en 2008. Parmi ces dossiers, 72 ont fait l’objet d’une procédure de départage par un juge professionnel (121 départages en 2009). En revanche, les jugements en appel ont fortement augmenté, «  un taux d’environ 42 % qui demeure très important voire inquiétant », selon Rémy Heitz. L’an passé, 450 appels ont été interjetés sur 1 086 jugements rendus. En moyenne, un dossier est quatre fois renvoyé avant d’être plaidé.

 

Mais le chiffre le plus surprenant reste la diminution des contentieux en provenance du secteur de Sarrebourg, deux ans après le rattachement du conseil prud’homal à celui de Metz. En deux ans, les affaires ont baissé de 75 %. En 2009, 88 procédures avaient été jugées sur le fond contre 45 en 2010. Vingt-quatre référés du secteur de Sarrebourg avaient été traités en 2009, contre 13 l’an dernier. «  On savait pertinemment que les gens allaient abandonner les poursuites surtout quand il y a moins d’argent en jeu et qu’il faut effectuer 100 km pour défendre ses droits », résume Didier Clausse.

 

La nouveauté

Le 27 janvier, les conseillers prud’homaux siégeront à la première audience foraine au Tribunal d’instance de Sarrebourg «  en espérant que les procédures augmentent », poursuit l’actuel vice-président. Après accord des chefs de cours, les Prud’hommes ont obtenu que des audiences de conciliation et de référé soient mises en place à Sarrebourg. A terme, ce contournement de la réforme de la carte judiciaire pourrait voir le retour des audiences de jugement sur ce secteur. C’est du moins ce qu’espèrent les conseillers prud’homaux. En revanche, l’enregistrement des affaires reste centralisé à Metz.


Source : C. P. "Le Républicain Lorrain"

Publié le 14/01/2011

 

l'article de presse : Le Républicain Lorrain du 14-01-2011

 

 

---------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------


RENTREE 2010

Selon les règles de l'alternance, Alain MONPEURT , président sortant de la section "ENCADREMENT" du Conseil de Prud'hommes de METZ, a cédé sa place à un président "employeur", et a été élu, à l'unanimité, vice-président de la section "ENCADREMENT" le 11 janvier 2010.

Audience solennelle de rentrée au Conseil des Prud’hommes de METZ

 

Devant la composition 2010 du conseil des Prud'hommes, le procureur de la République, Rémy Heitz (en premier plan) a noté que«si les conflits liés aux contrats de travail augmentent, ils concordent avec les statistiques de la chambre commerciale qui ont augmenté de 25 % en 2009.»

 

Au conseil des Prud’hommes, l’audience solennelle de rentrée a la particularité d’être moins protocolaire que dans les autres juridictions. Davantage encore hier avec Didier CLAUSSE, vice-président de l’année 2009, et président 2010 élu par ses pairs le 11 janvier. L’homme qualifié de «pugnace » par le procureur de la République Rémy HEITZ et de «combatif » par le vice-président, Jean-Claude TOSI, s’est illustré dans un discours, de mémoire de conseillers prud’homaux, plus engagé qu’à l’accoutumée. Un an après le rattachement controversé du conseil de Sarrebourg à celui de Metz, il y avait effectivement du grain à moudre.

Mais auparavant, après les traditionnelles congratulations aux invités, le procureur de la République, Rémy HEITZ, et le président sortant, Jean-Claude TOSI, ont dressé un tableau chiffré de l’année 2009 (lire RL du 12 janvier dernier). Ils se sont félicités du rattachement du conseil de Sarrebourg qui «s’est effectué dans les meilleures conditions », selon Rémy HEITZ.


«A peine sorti d’un coma…»


Jean-Claude TOSI (collège employeur) a énuméré les grandes lignes 2009 et pointé quelques dysfonctionnements. Il a notamment souligné le problème des renvois «parfois peu justifiés», de la procédure des départages (5 % des contentieux) dont il faudrait «dépassionner les débats »… et d’un point de vue plus pratique, les difficultés de stationnement rencontrées par les conseillers. Se tournant vers «la chaise vide de la représentante de la municipalité», le vice-président a rappelé l’évidence : «Nous sommes une juridiction d’exception. Notre conseil œuvre de nature quasi-bénévole. Alors, ne serait-il pas possible que la ville de Metz ne prenne une mesure d’exception pour permettre aux conseillers de stationner gratuitement ? »

Puis, le président Didier CLAUSSE, sourire aux lèvres, «a conté une petite histoire ». Le cégétiste du collège salariés a tenu un discours dont les multiples réformes ont constitué le fil conducteur. Intro : « Je viens de rencontrer quelqu’un qui, à peine sorti d’un coma qui a duré trois ou quatre longues années, et qui à peine ses esprits retrouvés, voulait savoir ce qui s’était passé en France pendant ce temps perdu.» Et d’énumérer les réformes : «Des retraites, de la Poste, de la taxe professionnelle, de l’orthographe, de la représentativité syndicale, de la carte judiciaire, de la procédure pénale, du juge d’instruction, de l’indemnisation des conseillers prud’homaux…» Et d’une flopée de codes : «Travail, urbanisme, civil, pénal, des marchés publics, de la route… » Avant d’arriver brillamment aux «très graves menaces qui pèsent sur cette juridiction qui dérange ». La liste des conséquences n’est pas exhaustive : frais supplémentaires pour le justiciable éloigné de sa juridiction, suppression de la gratuité de la procédure, renforcement des procédures écrites «rendant de fait obligatoire la présence d’un avocat »… Liste qui ne semble pas près d’être achevée d’écrire.


Cécile PERROT, "LE REPUBLICAIN LORRAIN".

Publié le 16/01/2010.


Prud’hommes : l'heure du bilan

 

Jean-Claude-TOSI.jpgJean-Claude TOSI a présidé, en 2009, le Conseil des Pud’hommes de Metz. Une année importante qui a vu, notamment, le rattachement du conseil de Sarrebourg à celui de Metz.

 

A quelques jours de l’audience solennelle de rentrée, Jean-Claude TOSI dresse un bilan de l’année écoulée au conseil des prud’hommes de Metz. Suite aux élections d’hier, ce retraité d’un grand groupe BTP a cédé sa place à Didier CLAUSSE, vice-président issu du collège salariés (CGT).

 

Entre la nouvelle carte judiciaire, les élections prud’homales et la réforme des indemnités des conseillers, l’année écoulée fut riche en événements…


Jean-Claude TOSI : «Le rattachement du conseil de Sarrebourg à notre juridiction fut l’événement le plus marquant. De 104 conseillers, nous sommes passés à 140. Il a fallu intégrer les affaires de Sarrebourg en prenant en compte le problème de l'éloignement. Certes, il y a eu quelques désagréments mais ça n’a pas nui au bon fonctionnement de la juridiction. Quant au décret du 25 août 2009, relatif aux modalités d’indemnisation des conseillers prud’homaux, il ne nous satisfaisait pas entièrement. Le législateur l’a un peu rectifié et, depuis mai-juin, nous travaillons normalement. A Metz, il n’y a pas eu de grève comme dans certaines villes où des conseillers ont refusé de siéger. Mais le renouvellement fut important puisqu’il a fallu former 60 % de nouveaux conseillers. Globalement, je suis satisfait : l’année 2009 s’est bien passée.» 


A quelques jours de l’audience de rentrée solennelle, quel bilan tirez-vous de vos activités ?


«En 2009, 1 932 affaires ont été traitées alors qu’en début d’année, nous en avions 1 794 en stock, contre 1 903 au 1er janvier 2010. Toutes sections confondues, nous enregistrons 2 041 saisines. Le rattachement de Sarrebourg n’a pas causé d’effet d’engorgement. Certaines sections, comme le commerce ou l’industrie, fonctionnent avec plus d’intensité que d’autres. Cela s’explique par la conjoncture économique. En moyenne, le délai de traitement d’une affaire est de 10,8 mois, contre 12,5 précédemment. Quant au nombre de renvois en départage [lorsque les deux parties ne sont pas d’accord et qu’un juge départiteur doit trancher, ndlr], il a augmenté de 5 %. Malgré tout, nous avons bien travaillé et notre greffe fonctionne très bien.»


Commente envisagez-vous 2010 ? La conjoncture économique va, nécessairement, engendrer des mutations importantes dans le monde du travail et dans les entreprises. Ne craignez-vous pas de voir une recrudescence des litiges ?


«Au conseil des prud’hommes, la crise n’a pas eu trop d’impact, mais ça risque effectivement de changer en 2010. Les types de dossiers sont sensiblement les mêmes que par le passé. Ici, à Metz, on ne peut pas dire qu’il y a des abus ou des dysfonctionnements particuliers du fait de la crise. Malgré tout, elle se ressent en terme de licenciements mais pas sur le contentieux du travail.».


Propos recueillis par Delphine DEMATTE, "LE REPUBLICAIN LORRAIN".

Publié le 12/01/2010.

 

Cliquez ->  Les Prud'hommes, comment ça marche ?

Partager cette page

Repost 0
Publié par :

Qui Sommes-Nous ?

  • : CFE-CGC NORAUTO
  • : La CFE-CGC NORAUTO est la 1ère organisation syndicale de l'Encadrement (Cadres et Agents de Maîtrise) de NORAUTO. Elle a obtenu 68,8% des suffrages de l'Encadrement aux élections des Comités d'Entreprise de mars 2014.
  • Contact

COMPTEUR DE VISITES :

 

 

Recherche Par Mots Clés

COMMUNICATION SYNDICALE

 

CFE-CGC NORAUTO, LE SYNDICAT

AU SERVICE DU PERSONNEL D'ENCADREMENT
(CADRES ET AGENTS DE MAÎTRISE) !
               
adhesion en ligne 3




facebook2



                                          
twitter3.jpg


Scoop.it1


Scoop.it2

 

 

Informations Générales :

Fil de l'actualité sociale :

 

BannièreSite    

 

page-pub-fb.jpg

 

prof-fb.jpg

 

ban-scoop.itN.jpg

 

ban-info-scoop.jpg

 

Encad.jpg

 

Risques-ps.jpg

 

handi.jpg

 

ban_conf.jpg

 

ban_metal.jpg

 

ban-lorraine.jpg

 

ban-scoop-métalor

 

Ban_URLorraine.jpg

 

CM.jpg

 

ban-Scoop-Moselle

 

ban_cfecgcauto.jpg

 

Branche

 

CCSA.jpg

 

accordsN.jpg

 

Droit-du-T.jpg

 

CodeT.jpg

 

Legifrance.jpg

 

licenciement-.png

 

Prud.jpg

 

contratT.jpg

 

rupture-conv.jpg

 

inaptitude

 

a-savoir.jpg

 

Protection-sociale.jpg

 

ComDePresse.jpg

 

Form-jpg

 

Apasca.jpg

 

APASCA.jpg

 

Apasca 2013

 

Conseil

 

ComprendreR.jpg

 

La-retraite-en-clair.jpg

 

 

RefRetraites.jpg

 

 

 

 



 









 

ADHEREZ A LA CFE-CGC !

Qqsm

 

Pourquoi adhérer à CFE-CGC NORAUTO

 

juridique.jpg

 

 

MeyClub.jpg

Adhérents CFE-CGC Métallurgie Lorraine : profitez
des offres Meyclub (incluses dans votre adhésion) 

Meyc.jpg

 

Choix gagnant

 

 



Formulaire 

Cotisation syndicale et crédit d'impôt

 

Comment être bien informé ?


   page facebook publique : informations générales 

 

facebook.jpg

ajouter-Fb.jpg

   facebook Cfe-cgc Norauto : inscrivez-vous pour
   recevoir des informations spécifiques en direct !


suivre-t2.jpg

twitter CFECGC_NORAUTO : suivez-nous pour être
informé dès qu'un nouvel article est publié sur ce site

 

Banniere-pour-affiche.jpg

cfe-cgc-norauto.com  "espace pubic" pour connaître
toutes les actions et les résultats de  la CFE-CGC au
service des collaborateurs de l'entreprise Norauto.

 

norauto_logo.jpg
 les affiches CFE-CGC NORAUTO diffusées dans
 les 260 Centres Norauto et les Services Centraux


A votre service dans toutes les régions-5
Vos interlocuteurs CFE-CGC NORAUTO par région
joignables 6 jours sur 7 par téléphone et par mail à :
            assistance@cfe-cgc-norauto.com 

CS22032012


Carte-regions-4

 

adhesion en ligne 3 

 

 

SONDAGES CFE-CGC NORAUTO